En route pour le Lagoonarium de Moorea

Cette journée au Lagoonarium de Moorea, nous en rêvions depuis longtemps, et les enfants plus encore. Depuis que nous avions lu dans notre guide touristique que c’était l’une des attractions incontournables de Moorea.

La veille, Stéphane et Franck ont réservé pour nous le pick-up. A 8h10, nous montons tous les 4 dans le minibus du Lagoonarium venu nous chercher directement à Poerani Moorea, direction la côte Est de Moorea, à 20 mn à peine de là.

Un fare rien que pour nous

Au bord du lagon, une petite guérite en bois tient lieu de « Ticket Office » et de boutique de souvenirs. Sous la houlette de Wilfried, nous prenons nos tickets puis le suivons jusqu’à une grande pirogue blanche à balancier. Embarquement immédiat !

5 minutes plus tard, nous mettons pied sur un motu pimpant. Nous nous voyons attribuer pour la journée un joli petit fare (une hutte polynésienne) tout en bois et pandanus, idéal pour une petite sieste à l’ombre en toute tranquillité. Un peu plus loin sur le motu, on nous indique un fare un peu plus grand que les autres : nous y trouverons de l’eau, du café et du thé à volonté. Nous avons même la possibilité de commander à déjeuner (le menu du jour : poulet et uru fumé) mais nous avons préparé des sandwiches (oui, on peut tout à fait apporter son pique-nique).

Wilfried nous explique ensuite le principe du Lagoonarium de Moorea : les raies et les poissons sont nourris 2 fois dans la journée, vers 11h30 et vers 13h. C’est à ces moments-là qu’il faut être dans l’eau, autour du « nourrisseur », pour ne pas perdre une miette du spectacle. Entre temps, quartier libre !

La visite du lagon

Nous optons pour une première approche des fonds environnants. Wilfried nous indique une grosse corde accrochée à des bouées, qui serpente dans l’eau jusqu’à la barrière de corail, à plusieurs centaines de mètres du motu. Il suffit de la suivre pour explorer le lagon. Nous mettons sans tarder nos masques et tubas, et louons des paires de palmes. Bien nous en prend, car le courant dans le lagon est plutôt fort, et les palmes ne sont pas de trop pour nous aider à progresser le long de la corde. Coraux, anémones, poissons de toutes les tailles et de toutes les couleurs : le parcours est magnifique… mais épuisant ! A mi-chemin du récif, les enfants n’en peuvent plus et nous décidons de rentrer sur le motu.

1er nourrissage : les raies en première ligne

Une bonne tasse de thé et c’est déjà l’heure de réenfiler les palmes pour la première séance de nourrissage. Nous suivons Wilfried dans le lagon, à quelques mètres de la plage de sable. Comme alertées par un sixième sens, quelques raies grises tournent déjà dans l’eau. Nous nous accrochons à la corde, tête dans l’eau, et le spectacle commence ! A peine Wilfried a-t-il commencé à donner quelques déchets de poisson à la première raie, que le lagon entre en ébullition : une bonne dizaine de raies pastenague se dispute ses faveurs . De l’eau jusqu’à mi-corps, il excite les raies qui lui grimpent littéralement dessus, jusqu’à sortir de l’eau ! Culottée, une sterne en profite pour lui voler le bout de poisson qu’il tient à la main.

Autour de lui, des myriades de poissons de toutes les couleurs tournoient et s’approprient les miettes qui échappent aux raies. Tout à coup, une ombre me frôle : un requin pointe noire semble vouloir s’inviter au déjeuner… je me retourne, il y en a pas moins de 5 qui font des cercles concentriques autour de nous. Je jette un coup d’oeil aux enfants : médusés, ils n’ont même pas la présence d’esprit d’avoir peur. Le manège dure encore pendant 15 bonnes minutes, le temps que Wilfried vide tout son seau.

2ème nourrissage : les requins s’invitent à la fête

Après toutes ces émotions, nous nous jetons sur notre déjeuner bien mérité. Les enfants sont intarissables. Ce qui ne les empêche pas de sombrer dans un sommeil profond à peine couchés sous notre fare pour une petite sieste réparatrice.

A 13h tapantes, nous sommes de retour sur le site de nourrissage. Wilfried est déjà dans l’eau, avec quelques clients arrivés entre temps. Nous les rejoignons sans attendre. Cette fois-ci, il nous entraîne un peu plus loin, en eaux plus profondes. Il se place au centre d’un cercle de corde que nous agrippons fermement sous peine d’être entraînés par le courant, plus fort à cet endroit.

Et la ronde des poissons reprend aussitôt, cette fois encore plus nombreux et surtout plus gros ! Les raies sont presque débordées par le tourbillon  multicolore qui entoure Wilfried en une tornade d’écailles scintillantes. Des requins tournent autour de nous, s’approchent de toute cette animation, s’éloignent à nouveau, en une ronde magnifique et inquiétante. Heureusement qu’on nous a juré qu’ils étaient complètement inoffensifs, pour peu qu’on n’essaie pas de les toucher ou de leur donner à manger. Wilfried plonge au fond de l’eau, joue avec les bancs de poissons… le spectacle est saisissant !

Des souvenirs pleins les yeux

Nous remontons finalement sur la terre ferme, un peu sonnés mais ravis. Nous paressons encore une petite heure, et puis la pirogue nous ramène sur l’île, pour le pick-up de retour jusqu’à Poerani Moorea.

Encore une journée inoubliable à Moorea !

 

Pierre, Sophie, Camille et Victor – Juin 2016